Laboratoire d'analyse
contenu

Analyses air - Contrôle de l'aérocontamination

Etablissements de soins

Nous vivons dans un monde qui n'est pas stérile. Notre air contient de très nombreuses particules en suspension qu'il s'agisse de poussières, de pollens, de moisissures, de bactéries, de virus, ou de parasites. Or certains travaux nécessitent un air dépourvu de particules que ce soit dans l'industrie (pour garantir la stérilité d'une préparation par exemple dans l'industrie pharmaceutique ou pour empêcher la venue de poussières nuisibles a une fabrication comme par exemple en optique ) ou bien en médecine ou l'on se doit de d'offrir un air le plus propre possible en bloc opératoire, en chambre stérile...

Pour par venir a cet objectif, nous disposons d'enceintes propres recyclant un partie importante de leur air au travers de filtres très performants dont la classification répond a des critères très précis en fonction de l'objectif visé en terme de particules au mètre cube.

Les contrôles de l'air au sein de ces zones sont de 2 sortes. Il s'agir d'une part de vérifier la réalité de la filtration et d'autre part d'en contrôler la qualité microbiologie. La première phase consiste a compter les particules en suspension dans l'air (et de vérifier que cela correspond a la classification de l'enceinte ) tout en s'assurant qu'il n'y a pas de fuite dans notre enceinte.

La deuxième qui s'adresse plus précisément au laboratoire, consiste a prélever un échantillon d'air et a dénombrer le nombre de germes présents.

Préalable

Ces contrôles ne concernent que des zones 3 ou 4 (a haut et très haut risque infectieux ) pourvues d'un système de contrôle de la qualité de l'air. En dehors seuls des contrôles ponctuels en cas de travaux sont utiles

Les systèmes de filtration de l'air ne seraient qu'une fausse sécurité si on oubliait les règles d'hygiène et de contrôle élémentaires

Paramètres mesurés

En permanence : Température et % d'hygrométrie, surpression.

1 fois par an : intégrité du filtre, taux de renouvellement, propreté particulaire, vitesse (M/s), débit (m3/H), étalonnage : ces mesures devant être effectuées par un organisme certifié

Contrôle de l'aerobiocontamination

Objectifs : Quantifier (et éventuellement qualifier) le taux de micro organismes présents dans l'air

Limites : On n'obtient que des éléments d'appréciation qualitatifs - les résultats ne sont représentatifs que dus lieu de prélèvement et non du local analysé - difficulté comme toujours visà vis des germes “stressés”

Prélèvement

  • Ou : le plus près possible du patient ou du site d'activité (à 30 cm de la table OP età 1 mètre de hauteur - ou bien au niveau de la table d'instruments.
  • Quand : Au repos en dehors de toute présence humaine avant le début d'activité (c'est le seul cas ou l'on peut être un peu reproductible en donnant des recommandation en terme d'objectif ) éventuellement en période d'activité (vérifier l'acceptabilité d'un niveau de contamination et informer les opérateurs de bloc ) ou après le travail pour évaluer le retour à la situation de base.
  • Fréquence : Au minimum 2 fois par an en zone 3 et 1 fois par mois en Zone 4. Le clin devra s'il le pense demander des contrôles plus fréquents notamment en cas de travaux.
  • Matériel : technique par impaction suivant la norme ISO DIS 14 698-1 Aspiration d'une durée maximale de 10' - Volume 1 m3 - vitesse < 20 m/s - vitesse 100 L/mn
  • On note : Lieu, date, heure, activité, opérateur, volume prélevé et durée, localisation dans le local et remarques éventuelles.
  • On prélève pour les bactéries et pour les moisissures
  • On double toujours les échantillons pour chaque point de prélèvement : 4 geloses par point (2 bactéries et 2 moisissures ).
  • On désinfecte la tête de prélèvement après chaque opération.

 

méthode d'analyse

  • Bactéries : boites incubées 3 jours a 30° C +/- 1
  • Moisissures : Milieu incubé 5 Jours à 25° C +/- 1
  • Les compte rendu est exprimé en UFC / m3

Résultats attendus

  • On distingue des niveaux cible, d'alerte et d'action hors période d'activité (en UFC / M3 )
  Zone 3 Zone 3 Zone 4 Zone 4
 
bactérie
moisissure
bactérie
moisissure
zone cible
10
<1
<1
<1
zone d'alerte
100
1
5
1
zone d'action
500
1
10
1
  • En période d'activité : valeurs acceptables
Zone 3 Zone 3 Zone 4 Zone 4
bactérie
moisissure
bactérie
moisissure
100
<1
10
<1

Matériel

On utilise un système d'aspiration par impactage de type Samplair ou équivalant. Il est par contre important de procéder le matin (après un repos de la salle ), la salle propre, la filtration mise en route et stabilisée. On positionne son appareil en évitant de contaminer l'enceinte puis on déclenche la mesure depuis l'extérieur de la pièce. Nous essayons de maintenir l'appareil a l'intérieur du bloc opératoire afin de ne pas trop perturber l'atmosphère. Le matériel est désinfecté a l'aide d'une solution de décontamination pulvérisée a sa surface avant les prélèvements. Les grilles sont stérilisées. Les manipulations se font en tenue de bloc OP.

Autres analyses

Microbiologie

La surveillance environnementale

Le laboratoire et le sport

Haut de page haut de page

Plan du site / Mentions Légales / Aide et Accessibilité